• Quand fleurissent les lilas

     

     

     

    Regarde, mon amour, fleurissent les lilas.
    Ils embaument le jardin.
    Loin de  cet hiver  froid, dont nous sommes si las
    Tu seras mon paladin.

    Écoute, mon aimé, gazouille l’hirondelle.
    Sa chanson mélodieuse
    Annonce le printemps; ses petits sont près d’elle
    La mère victorieuse .

    Viens, mon tendre époux serre-moi contre toi,
    Et profitons de la vie.
    Quand renait l’âge d’or, logé sous notre toit
    Qu’il y soit toujours  obvie.

     

    Trivers sur deux mètres

     

     

     


    4 commentaires
  • Et j’ai si peur en la nuit froide et sombre
    Sans l’oasis, l’abri de ta chaleur,
    Vide est le ciel cruel, et  sans couleur
    Un bruit et je tréssaille en la pénombre !

    J’aime écouter cascader très joyeux,
    Ton rire de gamin, qui me désarme
    Je vois l’amusement, luire en tes yeux !
    J’aime tes mains, je connais tant leur charme.
    Et j’ai si peur !

    Quand reviens-tu ? Parti depuis longtemps
    Courir les mers, voulant faire fortune.
    Chaque jour passant, j’ai prié Neptune
    De te laisser revenir au printemps.
    Et j’ai si peur !

    je me suis mise dans la peau d'une femme de marin

     

    Et j'ai si froid!bergerette


    4 commentaires
  •  

    je vous souhaite de Joyeuses Pâques à tous

    Pour ma part, épuisée par les dernières chimio, je dois , impérativement prendre du repos, ordre de la faculté de médecine.

    je vous retrouve la semaine prochaine, du moins je l'espère.

    gros bisous à tous.


    8 commentaires
  •  

    Un amour de chat

    Ses beaux yeux d’ambre jaune épient tout alentour,
    Les oiseaux, sans malice observent à leur tour
    Cet étrange animal, les regardant sans cesse.

    Gracieux chat, soumis et rétif tour à tour.

    Souvent très enjôleur, me quémande caresse
    Et délicats baisers, un amour sans détour.
    Il donne affection, sympathie en retour.
    Niché contre mon flanc, il ronronne d’ivresse.

    J’aime ce chat soumis et rétif tour à tour.

    De sa gorge parfois un miaulement sourd
    Naît, plaintif et charmeur, un langage tendresse.
    Déclaration faite, il fait un demi tour
    Comme confus, soudain ,de m'avoir dit bonjour
    Il retourne dormir, au soleil il paresse.

     sonnet irrationnel

     

     

     

     

     


    10 commentaires
  • Tableau de Claude Renoir(18540-1926), mer agitée à Etretat

     

    La mer rugissante déferle
    La falaise geint et s’emperle.
    Le courroux de Neptune éclate, foudroyant.
    Il soulève la vague en ressac  effrayant.
    La mer rugissante déferle
    La falaise geint et s’emperle.
    Le cri des goélands alerte les bateaux
    Perdus et subissant les coups de vent brutaux.
    La mer rugissante déferle
    La falaise geint et s’emperle.

    Des éclairs d’argent dans les cieux
    Zèbrent l’air d’arcs silencieux.
    Les esquifs sur le port , brisés par la tourmente,
    Frémissent sous le vent rageur qui se lamente.
    Des éclairs d’argent dans les cieux
    Zèbrent l’air d’arc silencieux.
    Illuminent le quai tandis que les nuages
    Crèvent soudainement, noyant les bastingages.
    Des éclairs d’argent dans les cieux
    Zèbrent l’air d’arcs silencieux.

     

    triolets

     


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique