• Le miséreux(chanson montausière)

     

    Il était assis seul sur le trottoir
    Au pied de la cité dortoir,
    Fille hautaine.
    La face dans le dépotoir
    Il est sans haine.

    Souvent, il a tendu la main,
    Dans des halls fleurant le jasmin,
    Mais incertaine
    Est la charité d’un humain
    Faite sans haine.

    Qu’attendait-il, là, grelottant
    Hagard dans le froid, tremblotant,
    Cachant sa peine?
    Juste un abri, pour un instant,
    Offert sans haine.

    Donnez de vous aux miséreux,
    Un refuge sûr , chaleureux,
    La tiretaine
    D’un bon lit les rendrait heureux.
    Soyez sans haine

     

    « le chant du cosmos(rotrouange)Vent du soir(glose sur un texte de Flormed) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 5 Novembre 2014 à 11:36

    Quand les adultes subissent la misère, la descente aux enfers, la rue.... que dire d'un enfant qui le subit aussi... sans vrai toit, sans vrai feu, sans vrai pain, compter sur le riche passant.... merci Vénusia...

    2
    J Pierre
    Mercredi 5 Novembre 2014 à 12:18

     

    Cette misère qui est la ruine de l’homme et qui éteint la lumière de son âme, reste une profonde blessure de notre société qui se veut juste et qui ne l’est nullement…

     

    Un grand bravo pour ce joli poème

     

    Bisous

     

    3
    Mercredi 5 Novembre 2014 à 19:41

    Superbe, et poignant, Vénusia ! Et tellement vrai, hélas ! Bises !

    4
    Mercredi 5 Novembre 2014 à 22:47

    Des enfants  abandonnés trop souvent hélas rencontrés à travers le monde ...

    5
    Jeudi 6 Novembre 2014 à 06:16

    Très émouvant ton poème. Des enfants ne devraient pas se retrouver à la rue. En France cela n'arrive pas ou presque mais ils sont séparés de leurs parents qui eux peuvent rester à la rue

    6
    Samedi 8 Novembre 2014 à 01:43

    La vue de ces enfants courant dans les rues pour un rien à se mettre sous la dent, me donne envie de crier haro sur ces gros ventres qui détiennent des fortunes gigantesques et dont les leurs de garnements mènent une vie fastueuse.

    Merci Vénusia...Tu as dit en ces quelques vers ce que doit crier tout humain digne d'en être un.

    Amitiés

    7
    Lundi 10 Novembre 2014 à 00:21

    une vie bien dure qu'il mène mais j'avoue ne rien donner et parfs je me pose la question et sur Marseille ça existe sont-ils vraiment pauvres, une fois j'ai du une belle voiture chargée de ces gens qui se sont mis à mendier certains sont exploités

    8
    Lundi 10 Novembre 2014 à 01:18

     Exact, Flipperine ; et c'est là une autre plaie !

    Cette ignoble exploitation  qui existe partout dans le monde est à combattre.

    Mais où sont les défenseurs des droits de l'enfant ?

    Seraient-ils aveugles, sourds, muets, sans cœur ni conscience ?

    Amitiés

    9
    Vendredi 14 Novembre 2014 à 03:16

    On ne peut pas imaginer le gouffre de souffrance dans lequel tombent ces pauvres êtres. La misère décrite par Victor Hugo, Zola, est , hélas, toujours présente sur toute la Terre . Je mesure la chance d'être tombée dans une famille aimante qui nous a bien protégés ma fratrie et moi.


    Merci pour ce beau poème, très émouvant


    Bises


     

    10
    Vendredi 14 Novembre 2014 à 05:22

    bonjour à vous tous je vous remercie de vos commentaires

    en effet comment rester insensibles à la misère d'êtres humains encore plus lorsqu’il s'agit d'enfants.

    l'exploitation de ces gosses qui pour survivre sont forcés de voler et de se prostituer .

    à notre époque, dite moderne, ça ne devrait pas exister .il faut que ça cessse

    je vous remercie encore et m'excuse de cette réponse collective.

    bonne journée amicales penséessmile

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :